Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 18:54

Après Chonchu, paru chez feu Tokebi, et Jackals, déjà édité par Ki-oon, Kim Byung Jin est de retour en France avec Warlord, qui marque aussi le retour de l'auteur en Corée après la fin précipitée de Chonchu et l'échec de l'adaptation de Final Fantasy XI. Il y retrouve son ancien camarade Kim Sung Jae au scénario. 

 

           http://www.ki-oon.com/medias/jaquette/zoom/image-1364894494.jpg                      http://www.ki-oon.com/medias/jaquette/zoom/image-1364895064.jpg

 

En parlant de scénario, voici le synopsis officiel de l'éditeur :

 

La cité mythique d’Arkanzel, forteresse imprenable juchée dans les montagnes, est le refuge du roi Bayren et de ses redoutables mercenaires. Contre paiement, ces assassins d’exception sont capables de renverser le cours de n’importe quelle bataille, de mener à bien la plus compliquée des missions. Entourée d’une petite garde rapprochée, la princesse Arasol tente de rallier la mystérieuse cité pour louer les services de ces guerriers légendaires, et ainsi offrir à ses sujets menacés d’extinction un ultime espoir…

Mais les troupes du peuple démon, toujours plus nombreuses, leur barrent le passage. Alors que tout semble perdu, un mystérieux combattant s’interpose. Sa puissance monstrueuse augure bien des capacités des mercenaires… mais la princesse ne tarde pas à déchanter : il n’a pas l’intention de laisser le petit groupe d’hommes souiller la terre sacrée d’Arkanzel !

Combats homériques, personnages furieusement charismatiques et armes au design fabuleux : l’auteur de Jackals et Chonchu fait son grand retour avec Warlord, une épopée de dark fantasy somptueusement mise en scène…

 

 

Forcément, on s'attend à beaucoup d'action et quelques combats bien sanguinolents. Et c'est bien ce que nous proposent ces deux premiers tomes, car comme de plus en plus souvent désormais, Ki-oon nous propose de découvrir les 2 premiers volumes de la série en même temps. Plusieurs clans apparaissent très rapidement et les auteurs tentent de mettre en place l'univers de Warlord afin que le lecteur sache où situer quoi, qui et comment. On a donc d'un côté les gentils, de l'autre les méchants.  

 

 

Bon, avouons-le, c'est un peu plus complexe que cela. Si Arasol et ses guerriers semblent clairement du "bon côté" et que les démons sont les grands méchants, d'autres sont plus nuancés. Maruhan, notre héros, fils de feu le roi Bayren et guerrier d'Arkanzel, a soif de vengeance et tue tout ce qui se trouve sur son chemin, "alliés" ou "ennemis". Le personnage de l'empereur Shamarkal, père d'Arasol, est également plus nuancé... Ajoutons l'étrange petite Anna, fille d'un chercheur disparu dans l'antre des démons et qui a embauché le mercenaire Maruhan pour le retrouver. Un personnage très mystérieux et qui semble être central dans l'intrigue. Côté méchants, outre les démons et leurs chefs, les "Lord", sorte de démons gigantesques, chefs de guerre et doués d'une grande intelligence tactique, un humain "tire" son épingle du jeu en la personne du Shôgun, dont le seul but semble de détrôner l'empereur... Bref, les camps sont posés, les personnages présentés, les "enjeux" plus ou moins énoncés.

 

http://adala-news.fr/wp-content/uploads/2013/04/Warlord-manga-009.jpg

 

En effet, on sait qu'il y a une guerre entre humains et démons, on sait que la petite Anna semble être une clé, que le Shôgun semble disposer d'une arme pour vaincre les démons, que Maruhan veut comprendre les raisons de la mort de son père et que celui qu'il considère comme le traite semble posséder une force hors du commun, encore plus que celle déjà hors normes des guerriers d'Arkanzel... Nous avons donc quelques pistes pour la suite même s'il faut reconnaitre deux choses : en premier lieu, tout ceci n'est pas très original et ne fait pas particulièrement rêvé même si ces deux premiers tomes sont divertissants ; dans un second temps, quelques passages sont un peu faciles, comme la retournement de veste de Maruhan et son accord pour travailler pour Anna. Mais dans l'ensemble, on se divertit et les combats sont plutôt réussis.

 

 

Les combats donc. On connait Kim Byung Jin pour ses affrontements toniques et dynamiques dans Jackals et Chonchu. Le manhwaga n'est pas en reste dans Warlord offrant une copie dans l'ensemble très bonne et propre. Des chara-design plutôt classiques mais efficaces, des décors qui immergent bien dans l'environnement montagneux et forestier de ce début d'histoire, et des combats composés de scènes très dynamiques malgré cette volonté récurrente de vouloir offrir des scènes "à ellipses", c'est-à-dire des combats où on observe le résultat plus que les coups portés. Un peu dommage tant on sait que l'auteur est capable de mettre en scène des coups puissants et qui en mettent plein la vue. Mais il faut reconnaitre que parfois l'effet obtenu est saisissant. Un meilleure dosage et ce sera parfait de ce côté-là.

 

http://adala-news.fr/wp-content/uploads/2013/04/Warlord-manga-008.jpg

 

Pour conclure, difficile de ressortir complètement déçu de ces deux premiers volumes mais difficile également d'en ressortir entièrement convaincu. Les auteurs ont mis en place leur univers, nous ont présenté les divers personnages et instauré quelques mystères qui maintiennent sans peine l'intérêt du lecteur. Le coup de théâtre de fin de volume, qui pose de nouvelles questions , donne envie de lire la suite, ce qui, comme je le dis souvent, est un très bon signe. On aimerait une narration plus fluide pour la suite, un graphisme plus équilibré dans les combats, avec des "ellipses" moins fréquentes, et une vision plus globale, plus claire, des différents enjeux de Warlord

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Manga et assimilés
commenter cet article

commentaires