Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 14:16

Et on poursuit, bien plus tôt que prévu, les Voyages Extraordinaires de Jules Verne avec le premier titre typé science-fiction de l'auteur, Voyage au centre de la Terre. Une nouvelle fois, tout un pan de l'imaginaire collectif accompagne l'annonce de ce titre. Que ce soient les moyens par lesquels nos héros atteindront le centre, ce qu'ils y découvriront, comment ils rentreront chez eux... Bref, de vagues images me viennent en tête lorsque j'aborde ce titre et force est de reconnaitre, une fois encore, qu'elles ne reposent sur pas grand chose de concret...

 

http://www.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book_focus/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253012542-T.jpg 

 

Voyage au centre de la Terre est donc le second roman de Jules Verne, paru en 1864, et le premier consacré à des évènements inconcevables scientifiquement. Ce titre se distingue d'ailleurs des deux précédentes oeuvres de l'auteur ayant fait l'objet d'un article de ma part dans sa forme. En effet, là où Le tour du monde en 80 jours ou Cinq semaines en ballon proposaient un récit énoncé par un narrateur omniscient, Voyage au centre de la Terre est écrit à la première personne et se présente comme un journal réalisé au retour de l'expédition. Une indication déjà sur l'issue de l'entreprise. A noter également que contrairement aux deux autres oeuvres cités précédemment, les chapitres de ce roman ne sont pas suivis d'une indication de leur contenu. Pas forcément une mauvaise chose puisque cela renforce l'incertitude du lecteur.

 

http://www.3dvf.com/forum/images/vignette/1/186/43.jpg 

 

Commençons donc par un petit point rapide sur le scénario de ce roman. Le professeur Lidenbrock, géologue et minéralogiste, rentre chez luii après s'être procuré un ancien ouvrage islandais. Lors de son examen de l'objet, une feuille s'en échappe, contenant des runes semblant cacher un mystérieux secret. Son neveu et assistant, Axel, trouvera la clé permettant de résoudre le "code secret" utilisé par un certain Arne Saknussemm, révélant une découverte aussi incroyable que fantaisiste : ce grand savant islandais du XVIème siècle dit avoir atteint le centre de la Terre en passant via le cratère d'un volcan de son île ! Loin d'être incrédule, le professeur Lidenbrock voit sa curiosité l'emporter et décide de partir sur le champ pour le mont Sneffels...

 

http://jv.gilead.org.il/rpaul/Voyage%20au%20centre%20de%20la%20terre/images/026.jpg

 

Si l'on omet le fait que le récit soit prononcé à la première personne par Axel, le neveu du professeur Lidenbrock, Voyage au centre de la Terre contient les éléments habituels des romans de Jules Verne que j'ai lu jusqu'à présent. En effet, le groupe de héros est une nouvelle fois constitué exclusivement d'hommes avec, pour accompagner Lidenbrock et Axel dans les profondeurs du volcan, l'imposant Hans, chasseur d'eider de son état et guide de l'expédition. Les rôles féminins sont une nouvelle fois restreint à une portion congrue, avec la servante Marthe et la jeune Graüben, fiancée d'Axel et pupille du professeur. Cette fois-ci, le personnage au caractère flegmatique et au calme absolu n'est pas l'un des héros, mais le principal personnage secondaire, Hans. Peu causant, droit dans ses bottes, il ne fait que suivre les indications du professeur et réalise son rôle de guide à merveille, n'hésitant pas à venir en aide à ses compagnons au besoin. Dans Cinq semaines en ballon, le personnage de Dick faisait office de contrepoids à celui de Fergusson. ll considérait l'expédition de son ami impossible et le lui faisait savoir clairement. Ici, c'est Axel qui joue ce rôle auprès de son oncle, alternant les moments de profond désaccord et ceux de parfaite adéquation. Contrairement à ce que l'on aurait pu attendre (en tout cas contrairement à ce que moi, j'attendais), l'expédition de nos héros ne se fera pas en majorité dans le "nouveau monde", loin de là. Il faut en effet attendre le tiers du livre (toujours édition Le livre de poche), soit après une bonne centaine de pages pour voir la fine équipe parvenir au cratère recherché. Il faudra bien 100 pages de plus pour sortir des grottes, galeries et autres réseaux souterrains, avant que la découverte du monde intérieur et le retour n'occupent le dernier tiers du roman. 

 

http://jv.gilead.org.il/rpaul/Voyage%20au%20centre%20de%20la%20terre/images/037.jpg 

 

Après l'Afrique dans Cinq semaines en ballon et une partie du monde (notamment l'Inde et les Etats-Unis) dans Le tour du monde en 80 jours, Jules Verne nous fait partir cette fois-ci d'Allemagne, avant de rejoindre l'Islande via le Danemark et sa capitale Copenhague. Moyens de transports, description d'une époque, étude d'un peuple (les islandais) : tous les thèmes habituels de l'auteur figurent dans le récit, et cela sans la moindre lassitude. Tour à tour, Jules Verne emmènera ses lecteurs dans des domaines aussi variés que l'étude des langues (via le message laissé par Saknussemm), la géologie (que ce soit sur le chemin menant au cratère, dans les conduits du cratère ou dans le "monde intérieur"), la minéralogie (Axel en est également spécialiste), la paléontologie (avec l'énumération des animaux et de la flore de l'époque ou des périodes de l'histoire préhistorique) ou même la vulcanologie, que ce soit au début ou à la fin de l'oeuvre. Bref, un concentré de culture et des connaissances de l'époque, avec un auteur qui semble au fait des connaissances scientifiques les plus pointues du "moment". Bien évidemment, ce voyage ne peut se réaliser sans anicroches, et quelques péripéties viendront émailler l'expédition de notre très sympathiques trio. De grandes questions scientifiques seront levées, certaines trouvant une réponse acceptable et d'autres laissant planer le mystère. Le suspense est tout aussi présent, et on le ressent grandement lors de la lecture, qui se fait parfois fébrile. Et pourtant, on sait bien que nos héros s'en sortiront, puisqu'Axel ne serait pas là pour nous narrer leurs aventures dans le cas contraire... 

 

http://jv.gilead.org.il/rpaul/Voyage%20au%20centre%20de%20la%20terre/images/042.jpg 

 

Première oeuvre "fantastique" de Jules Verne, Voyage au centre de la Terre a tout du chef-d'oeuvre du genre. Passionnant de bout en bout, incertain sur son dénouement (ou plutôt le lieu de ce dénouement - je vous laisse la surprise), toujours aussi bien documenté et donc totalement immersif, voilà un roman de plus de l'auteur à classer dans la catégorie "classique de littérature". Et après avoir tenté de visiter le centre du globe, Jules Verne va nous envoyer bien plus loin dans son roman suivant, sorti en 1865 : De la Terre à la Lune. Tout un programme !

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Livres
commenter cet article

commentaires