Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 23:09

http://img.manga-sanctuary.com/big/ubel-blatt-manga-volume-12-simple-61459.jpgAuteur : Etorouji Shiono

 

 

Nombre de tomes parus au Japon : 13 (en cours, en comptant le tome 0)

 

 

Date de sortie du volume en France : 22/11/2012

 

 

Synopsis : Alors que Lebellond, profitant de l’autorité déléguée par Largor III, impose sa loi dans tout l’empire, les princes électeurs décident de se réunir pour destituer l’empereur et élire un nouveau souverain. Hélas, le marquis ne l’entend pas de cette oreille : bien décidé à garder le pouvoir, il fait assiéger la forteresse du prince Arksart… Mais contre toute attente, au moment où la citadelle semble sur le point de tomber, les compagnons de Köinzell prennent part à la bataille, bientôt suivis du semi-elfe en personne !

 

 

Critique : 26 mois entre le volume 10 et le volume 11, seulement 9 entre le 11 et le 12 : le rythme d'Ubel Blatt s'accélère et c'est tant mieux.

 

 

Disons-le tout de suite : la note ne reflète pas la qualité globale du volume. Alors certes, il y a de l'action, ça bouge, beaucoup de personnages participent aux "débats"... Mais tout ceci n'est pas réellement passionnant et les combats qui nous sont proposés ne sont pas à la hauteur de ce (ou ceux) que nous avons pu voir jusqu'à maintenant. On apprécie malgré tout les liens faits entre le passé des "lances de la trahison" et le présent, par le biais de personnages secondaires.

 


Graphiquement aussi, Etorouji Shiono s'en sort plutôt bien sans toujours atteindre les sommets que l'on serait en droit d'espérer avec un rythme de parution si long. Certaines planches ne sont ainsi que de vagues amas de traits mimant des explosions impressionnantes sans en obtenir l'effet désiré. Une impression de mauvais tome de Bastard se dégage d'ailleurs parfois de ces pages... Mais le mangaka démontre aussi qu'il n'a rien perdu de son talent plus d'une fois et réussi donc à ne pas trop nous décevoir.

 


Pourquoi cette note donc ? Tout simplement pour le coup de théâtre final, imprévisible, inattendu et, n'ayons pas peur des mots, qui nous laisse sur le cul. Un coup de maitre de la part de Shiono, qui démontre en tout cas qu'il a l'art de la mise en scène, nous offrant une dernière double-page qui laisse baba.

 


Pas forcément au top durant la totalité de ce volume, Etorouji Shiono nous bluffe totalement avec son cliffhanger. Cette fois plus que les autres le prochain tome va se faire attendre... On veut des réponses, et vite si possible !!

 

 

8/10

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Manga et assimilés
commenter cet article

commentaires