Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 12:30

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20272137.jpg

 

 

Noël approche à grands pas et quoi de mieux pour se mettre dans l'ambiance qu'un film d'animation où l'esprit de Noël est très présent. Je vais donc vous parler aujourd'hui du dernier bébé des studios Dreamworks (Shrek, Madagascar, Kung Fu Panda...), Les cinq légendes. A quoi peut bien ressembler un film qui met en scène le Père Noël, le lapin de Pâques, le marchand de sable et la fée des dents ? Peut-être bien à l'un des meilleurs films d'animation de ces dernières années. Commençons par une petite bande annonce :

 

 


 

 

 

En plus des quatre personnages de la mythologie enfantine cités précédemment, Les cinq légendes met également en scène Jack Frost, le héros de cette histoire, personnage du folklore britannique peu connu dans l'hexagone. Et une grande aventure n'existerait pas sans un grand méchant : Pitch, le croque-mitaine. Le scénario des cinq légendes se résume assez simplement : les enfants du monde entiers sont sous la protection de "gardiens", choisis par "l'homme de la Lune". Le Père Noël, le lapin de Pâques, la Fée des dents et le marchand de sable sont ceux-ci et leur but est de rendre la vie des enfants la plus belle possible. Le retour des ténèbres du croque-mitaine va mettre en péril leur mission, à tel point qu'un cinquième gardien sera nécessaire : Jack Frost. Maître de l'hiver, il est celui qui amène le gel et la neige mais ne jouit pas d'une renommée particulière chez les jeunes enfants comme le Père Noël ou la fée des dents, ce qui le rend totalement invisible aux yeux des humains...

 

 

Personnage central, Jack Frost est un personnage folklorique solitaire. Ne se souvenant pas de son passé, le début de la "nouvelle vie" de Jack commence le jour où l'homme de la lune lui offre ses pouvoirs. Ceux de contrôler la neige et le gel. Sa solitude, Jack Frost la doit au fait que les enfants du monde entier ont cessé de croire en lui. Héros torturé, Jack tranche quelque peu avec les héros habituels du studio avec son côté mélancolique. Choisi comme gardien alors qu'il attendait un signe de l'homme de la lune depuis plusieurs siècles, Jack ne semble pas taillé pour le rôle. Mais ses objectifs personnels vont finalement coïncider avec ceux de ses nouveaux collègues.


      http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20197517.jpg

 

Jack sera donc entouré par un quator haut en couleurs : les gardiens, constitués du Père Noël, du marchand de sable, du lapin de Pâques et de la Fée des dents. Le plus emblématique des personnages enfantins va nous offrir quelques particularités. La première, en tout cas pour ceux qui auront vu le film en VF, sera son fort accent russe. On notera également qu'il est appelé Nord et que les elfes sont également épaulés par des... yétis. Des libertés prises avec le folklore classique mais qui ne nuisent pas trop au gros bonhomme en rouge, hormis peut-être ce côté ruskov un peu trop appuyé.


  http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20197515.jpg

 

Le marchand de sable, très connu également chez nous, est un personnage ayant deux particularités : un côté mignon évident mais surtout une communication par geste et apparition de "signes" reflétant ses idées. En effet, notre cher marchand de rêves est totalement muet. Un personnage en tout cas très réussi.

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20197512.jpg

 

Le plus "punchy" des gardiens est sans conteste le lapin de Pâques, sorte d'immense lièvre sur 2 pattes au caractère bien trempé et qui supporte difficilement l'idée de voir Jack intégrer l'équipe.  Enfin, la Fée des dents, personnage folklorique anglo-saxon et ses "quenottes", ses assistantes, offrent la "touche féminine" au film, le personnage et son "rôle" ayant même une grande importance dans la déroulement de l'histoire.

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20197514.jpg

 

Face à nos 5 gardiens, Dreamworks a décidé de mettre un grand méchant connu cette fois par tous : le croque-mitaine. Prénommé Pitch, son but est de répandre la peur et les cauchemars dans le coeur des enfants, rendant ainsi la croyance en son existence et donc sa puissance toujours plus importante. Son plan est assez simple : s'assurer que les enfants arrêtent de croire aux gardiens, leur faisant perdre leurs pouvoirs. Mais Pitch n'avait pas prévu un léger détail : tant qu'il restera un enfant pour croire, les gardiens continueront d'exister...

 

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/92/04/20197516.jpg

 

Voilà donc pour le décor et les principaux axes scénaristiques. Mais qu'en est-il du résultat final ? Comme dit précédemment, il est à la hauteur, et c'est peu de le dire. Dans une année qui aura vu passer au cinéma des films tels que Rebelle, Madagascar 3 ou L'âge de glace 4, Les cinq légendes sort très nettement du lot sur de nombreux points. Techniquement, le film est très convaincant. Des mouvements fluides, des expressions faciales de qualité, des décors profonds et détaillés, avec une réelle variété (forêt, pôle Nord, mondes du lapin de Pâques ou de la Fée des dents)... Bref, pas de défauts visibles au premier coup d'oeil et une impression globale excellente. Les choix d'angles de "caméra" et des prises de vue sont aussi efficaces même s'il manque peut-être une légère prise de risque.

 

 

Si le scénario de départ est plutôt basique, les divers développements apportés le rendent finalement plus conséquent et travaillé qu'attendu. Bien entendu, le côté "torturé" de Jack Frost y participe amplement, entre la recherche de ses souvenirs et son souhait de voir la croyance en lui se développer chez les enfants. Cela nous offre quelques passages plus émouvants dans un ensemble plutôt plein de bonne humeur communicative. Parce que les 5 légendes arrive à donner le sourire aisément et fait même souvent rire à bon escient. Que ce soit via des personnages totalement secondaires comme les elfes/lutins du père Noël (notamment le "musicien") ou les petites quenottes de la Fée des dents (et le passage sur la "filiale française", très très drôle) ou via les dialogues entre nos héros (les échanges entre Jack et le lapin de Pâques par exemple), les scénaristes réussissent à fournir une quantité de bonne humeur impressionnante tout en conservant un côté "suspense" au récit avec un affrontement final contre Pitch lui aussi très réussi.

 

 

Pas besoin d'en rajouter, vous aurez facilement compris que Les cinq légendes est une véritable réussite et représente le film de Noël parfait, pour petits et grands. Une vraie bonne surprise dans une année finalement assez terne en terme de films d'animations de qualités. A voir !

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Cinéma-Séries
commenter cet article

commentaires