Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 16:19

Comme vous le savez peut-être, Club Shôjo organise du 22 au 28 avril 2013 "la semaine du shôjo", semaine qui comporte un évènement interblogueur pendant lequel les blogs concernés doivent poster un article sur le sujet proposé : 

 

Quelles sont les caractéristiques d’un bon shôjo selon toi ? Qu’est ce qui t’intéresse dans les shôjo ? Par shôjo, il faut entendre une définition large, comprenant également les josei et les yaoi.

 

 

http://club-shojo.com/wp-content/files/images/logo-semaine-shojo.png

 

 

Je vais donc vous parler dans cet article de toute cette partie du catalogue boudée volontairement par une grande majorité de lecteurs masculins à base de "le shôjo, c'est pour les gonzesses" (oui, les arguments sont toujours très développés et argumentés ^^). Bon, autant le dire tout de suite, je ne vais pas vous parler de yaoi, n'en ayant lu qu'un seul et n'ayant pas été séduit malgré les critiques élogieuses venues de tous bords (le fameux Le jeu du chat et de la souris). D'ailleurs, on aurait pu aussi aborder le yuri, puisqu'il s'agit d'un style à destination du lectorat féminin à la base (mais que les messieurs adorent lire cette fois... allez savoir pourquoi ! XD)

 

 

Commençons d'abord par la base de la base afin d'éviter le plus gros des clichés : les shôjos ne sont pas seulement des histoires d'amours entre collégiens/lycéens. Les thèmes sont tout aussi variés que pour les shonens ou les seinens et on trouve donc, bien entendu, des shôjos 100% fleurs bleues mais aussi des shôjos d'aventure, des shôjos sportifs, des shôjos dramatiques, des shôjos humoristiques, et parfois des shôjos avec plusieurs ou tous ces thèmes mélangés. Alors oui, bien sûr, le côté romance ne sera jamais totalement absent. Mais ce serait commet considéré qu'un shônen puisse ne pas contenir de nekketsu ou de "bande de potes". Bref, il y a de la variété et repousser en bloc le shôjo dans son ensemble est une bêtise extrême qui dénote une étroitesse d'esprit évidente. 

 

 

Mais tentons de ne pas trop nous écarter du sujet de base. La question de Club Shôjo, pour moi, est finalement une question générale sur l'intérêt que je porte aux mangas. Car, quand on y pense vraiment, ce qui fait nous intéresse dans un shôjo ou ce qui le rend bon n'est pas très différent de ce qui rend bon ou nous intéresse dans un shônen ou un seinen. Certes, le style ne sera pas le même, le graphisme aura en général ses propres codes, l'ambiance aura aussi ses caractéristiques mais ce qui fera d'un titre un bon titre restera identique quel que soit le magazine dans lequel il a été prépublié. Même si, quand on y pense à tête reposée, tout ceci est plus à rapproche d'un ressenti totalement subjectif que de choses réellement objectives. Car oui, un bon manga, et un bon shôjo donc, sera en premier lieu un titre provoquant des émotions à sa lecture, que cela soit du bonheur, de la tristesse, de la passion, de la rage, de la tendresse...

 

 

La liste des shôjos qui ont retenu mon attention n'est pas forcément très longue mais contient quelques perles qu'il serait dommage de louper. De l'aventure avec Basara, de la romance plus classique avec Kare Kano ou mâtinée de fantastique avec Fruits Basket, du shôjo un peu plus mature avec Nana, du josei hilarant avec Nodame Cantabile, Princess Jellyfish ou Hotaru, du josei et du shôjo "instructifs" avec Love so Life, Les secrets de Léa et Un drôle de père... Bref, il y en a tout un tas, dans des genres très variés et au graphisme rarement ressemblant et tous ces titres réussissent pourtant à atteindre leur but : nous toucher, d'une manière ou d'une autre. Vous avez versé une petite larme en lisant le tome 21 de Nana ? Moi aussi. La petite Rin d'Un drôle de père provoque chez vous des "mooo, qu'elle est mignonne" ? Chez moi aussi. Quand Nodame fait une énième bourde ou que les amars pètent un cable, vous explosez de rire ? Moi aussi. 

 

 

Pour essayer de répondre le plus simplement possible à la question posée par Club Shôjo, ce qui m'intéresse dans les shôjos, c'est la diversité de lecture que m'offre le style, que ce soit en son propre sein ou plus généralement dans mes lectures. Et ce qui fait un bon shôjo ? Qu'il réussissent à provoquer en moi quelque chose (hormis peut-être le dégoût et l'ennui...), comme toutes mes autres lectures. En fait, rien ne différencie réellement mes lectures shôjos des autres, que ce soit dans mon approche ou dans mon ressenti. Il s'agit tout simplement d'une facette du manga, qu'il faut explorer pour réellement apprécier toute la pluralité du média et qui permet en plus, assez souvent, d'apporter une petite dose de douceur souvent absente des shônens et des seinens.

 

 

En conclusion, le shôjo, ce n'est pas que pour les filles ! Proposant des thèmes très variés, des approches différentes, un graphisme typé mais pas plus uniformisé que les autres "genres", le shôjo est une composante indispensable de toute bonne mangathèque.

 

 

Ci-dessous, vous retrouverez les liens menant aux articles des autres blogs participant à l'évènement :

 

Ma petite médiathèque

Le chapelier fou 

Yaoi Cast 

Paoru 

Club Shôjo

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Manga et assimilés
commenter cet article

commentaires

a-yin 30/04/2013 10:26


Pour les dessins plus actuels...


C'est pas vraiment le réalisme qui me gêne, mais vraiment un dessin prêt à animer. C'est tout lisse, le trait est fermé, plus précis, et j'ai eu l'impression que dans ma tête quelque part très
loin hein, l'imagination marchait moins. Je ne sais l'expliquer.


Ensuite, il y a le découpage notamment les shôjo qui se passent dans le monde quotidien. On a un découpage de plus en plus sage, j'ai l'impression de m'ennuyer autant que devant un épisode de
drama tant la caméra, enfin des rares que j'ai pu voir en Asie, est plate, immobile. Y'a rien, pas d'effets. C'est aussi le découpage qui casse beaucoup que j'aime dans le shôjo, l'exemple
flagrant pour un shôjo plus romantique, est A fleur de peau, et il est récent.


Enfin, les fleurs tout ça, ça dépend. j'avoue que j'ai beaucoup de mal avec des graaaands yeux qui injectent des constellations à gogo. Mais l'utilisation des fleurs, des plantes, dans Princesse
Kaguya, les Moto Hagio, Le cortège des cent démons ou Complément affectif me plaît énormément.


Enfin, Rendez-vous sous la pluie, avec son trait tout doux, fait aussi des dessins que j'aime, il y a de la douceur et un peu de légereté, des traits pas complètement nets, fermés. Et en cela,
j'aime beaucoup, il y a de quoi faire balader mon imagination aussi. Mais c'est pas facile à expliquer...


C'est drôle mais dans les shôjo, je ne suis pas une amatrice des visages tout ronds. je me posais la question dans les auteures que j'aime bien et c'est plutôt un trait un peu mature, mais qui
reste justement "vaporeux": Reiko Okano, Ima Ichiko, Mari Okazaki, Akimi Yoshida en sont des exemples.


Parfois, les shôjo, c'est comme dans un rêve graphiquement. Un peu flou, comme si je m'étais un peu mal réveillée en fait ^^; .

Bidib 30/04/2013 07:54


Je suis d'accord avec toi A-yin en ce qui concerne le dessin. Je trouve que le dessin shôjo devient de plus en plus réaliste. Mais à moi ça me plait, parce qu'avec les explosions de fleurs et de
bulles à tout bout de champ, j'ai un peu de mal. Les mangaka actuelle, du moins celle que j'ai lu, semblent beaucoup moins recourir aux trames pour donner l'émotion de la scène. je pense
notamment à Rendez-vous sous la pluie ou encore La fleur millénaire

a-yin 29/04/2013 22:56


Au sujet du yuri, je n'arrive pas vraiment à avoir une définition de cette catégorie éditoriale. Ca a l'air moins "rangé" que le BL dans nos têtes.


Le jeu du chat et de la souris n'est techniquement même pas un boys love mais un josei, prépublié dans un mag de prépu de cette catégorie. J'aime beaucoup ce manga ceci dit, mais je ne
l'érigerais pas en "meilleur du genre" par contre.


Je crois que ce que j'apprécie dans le shôjo, car ces articles de tous m'ont quand même fait un poil réfléchir, c'est ce côté un peu léger, même dans les manga plus sérieux. Il y a quelque chose
de moins "lourd" je trouve que dans un seinen par exemple, même lorsque les thèmes abordés y sont adultes. Quant à l'émotion, je n'ai vraiment pas l'impression de la chercher, je dirais que ce
côté "à la cool" et un dessin (moins vrai aujourd'hui :( ) vraiment très suggestif car pas totalement fermé, laissant place à une certaine imagination. Je dis que c'est moins vrai aujourd'hui,
notamment à cause d'un dessin "animable" donc beaucoup moins en suggestion. Enfin, je me fais peut-être des films après ^^; (ou des manga pour rester sur le sujet).

Bidib 27/04/2013 17:21


Drôle de cohincidence, j'ai justement lu Le jeu du chat et de la souri hier soir. Franchement je ne lui ai rien trouvé de spécial, c'est cliché, c'est banal. Enfin bref c'est pas le
sujet ici :)


 


Deuxième drôle de hasard il y a quelques jours je me demandais justement si le yuri n'était pas aussi un sous-genre de shôjo. S'il s'adressait en premier lieu au femme ou aux hommes (j'en ai
jamais lu) et ben voilà, j'ai ma réponse. Merci pour cet éclérage.


 


Concernant ton point de vu sur ce qui fait un bon shôjo, je partage ton avis. Qu'il s'agisse d'un shôjo ou d'un autre type de manga, ou même un autre type de lecture, ce qu'on lui demande c'est
de nous procurer des émotions.