Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:15

http://img.manga-sanctuary.com/big/front-mission-dog-life-and-dog-style-manga-volume-3-simple-55488.jpgAuteurs : Yasuo Otagaki et C.H. Line

 

Nombre de volumes parus au Japon : 8 (en cours)

 

Date de sortie du volume en France : 10/05/2012

 

Synopsis : Contraintes d’abandonner Freedom, les troupes de l’OCU mettent sur pied un grand plan d’évacuation. Le capitaine Ren Akagi, pilote de wanzer, est blessé au cours de l’opération. Il sombre dans l’inconscience tandis que le convoi quitte la ville, le laissant seul en territoire ennemi… À son réveil, le vétéran ne peut compter que sur ses réflexes, ses qualités d’éclaireur et son équipement de pointe pour s’en sortir. Mais lorsqu’il découvre une jeune fille violentée par des soldats USN, il ne peut s’empêcher d’intervenir. Commence alors une terrible course contre la montre : les deux rescapés, poursuivis par une équipe de nettoyeurs qui massacrent tout le monde sur leur passage, n’ont plus que quelques heures pour atteindre le point de ralliement avant le départ du dernier avion allié…

 

 

Critique : L'histoire de Ren Akagi se poursuit et se conclut dans ce troisième volume de Front Mission Dog Life & Dog Style, où nous avons enfin droit à du combat de méchas.

 

 

Contrairement donc aux précédents volumes, la quatrième histoire de Front Mission, Le fruit du paradis, se poursuit sur une durée plus longue. Outre cet étirement de l'intrigue, le retour au premier plan de Kenichi Inuzuka, le photographe de guerre, est au programme d'un 3ème tome où l'action est prépondérante. Le côté le plus réussi de Front Mission est celui où les auteurs nous montrent la guerre, la vraie, celle qui laisse de profondes blessures, et pas seulement physiques. Mais deux points faibles apparaissent de plus en plus.

 

 

Le premier se situe dans cette volonté d'Otagaki, que l'on connaissait déjà via Moonlight Mile, de vouloir à tout prix insérer des histoires "sentimentales" hors de propos et des scènes de sexes totalement futiles et inutiles. Car oui, nous montrer une scène lesbienne totalement irréaliste (une haut-gradée militaire, le lieutenant Chavez, qui craque littérallement pour la petite prostituée qu'on lui présente, mais bien sûr...) est bien totalement hors de propos et ne peut en rien se justifier, hormis pour plaire à une certaine frange du lectorat. Un travers dont le scénariste est coutumier et qui ternit l'image de titre "sans consession" sur la guerre. Car tout cela n'a rien à voir avec le sujet de fond, et la justification du comportement de Kino est très loin d'être convaincante.

 

 

Le second point faible, moins gênant mais surtout très perfectible, concerne les scènes de combats en méchas. Bien que dynamiques, elles restent assez brouillonnes et fouillies, et la confusion qui découle de leur lecture n'est pas forcément très agréable. Il faut aussi reconnaitre un côté peu crédible dans la façon dont se passent les combats de ce volume : si l'écart technologique entre l'OCU et les USN est si grand et qu'un seul combattant peut vaincre 5 adversaires sans trop forcer, l'OCU ne devrait-elle pas remporter cette guerre haut la main ? 

 

 

Les point noirs levés, passons à ce qui nous donne encore envie de lire Front Mission. Tout d'abord cette atmosphère de guerre presque étouffante, en grande partie provoquée par la situation dans laquelle se trouvent nos "héros" (isolés en terre ennemie) et ce sentiment que chaque personnage que l'on découvre peut disparaitre à la page suivante. On est donc un peu déçu quand tout ceci finit par un happy-end mais on se dit que ce ne sera pas toujours le cas. Et l'autre gros point fort réside dans ce personnage hallucinant qu'est Inuzuka. Complètement malsain, le journaliste de guerre impose sa loi d'une manière culottée, dans le seul but d'obtenir des images chocs qu'il va pouvoir ensuite diffuser. Un petit plus véritablement appréciable qui fait oublier les quelques choix discutables qui parsèment le récit.

 

 

Récit très efficace, Front Mission pêche un peu dans ses combats, beaucoup dans sa description des forces en présence (dans ce tome, l'OCU semble largement supérieure aux USN) et un peu trop dans ses scènes romantico-sexuelles inutiles et déplacées. Otagaki nous a habitué au genre, espérons tout de même une justification plus crédible pour les prochaines qui ne manqueront pas d'apparaitre. Un tome très agréable à lire malgré tout, et le flou entourant la prochaine histoire dont nous ne savons rien augmente l'envie de lire la suite...

 

 

7/10

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Manga et assimilés
commenter cet article

commentaires