Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:56

Je vous en avais déjà un peu parlé auparavant et il est sorti cette semaine : le bilan de l'ACBD 2012. Qu'est-ce que l'ACBD ? C'est en premier lieu le sigle de l'Association des Critiques et journalistes de Bandes Dessinées. Il s'agit également de l'association remettant le Prix Asie de la critique ACBD, décerné depuis quelques années lors de la Japan Expo et qui a vu des titres comme Gen d'Hiroshima (dont l'auteur est décédé récemment), Undercurrent ou Pluto être récompensés. Il s'agit aussi, et surtout, de l'une des seules sources totalement fiable pour avoir un bilan de l'année écoulée pour le 9ème art. Plus d'infos sur leur site : http://www.acbd.fr/

 

 

C'est donc de ce fameux bilan annuel (vous pouvez trouver les précédents sur leur site internet) dont nous allons parler ici, en nous concentrant sur la partie manga/bande dessinée asiatique. Certes, comme on peut le lire dans ces bilans, les membres de l'ACBD ne semblent pas parfaitement maitriser le sujet et c'est bien parce que le manga a pris une grosse place sur le marché actuel qu'ils en parlent... Mais ne faisons pas la fine bouche et tentons une petite analyse des chiffres proposés. 

 

 

Le premier chiffre intéressant est celui du pourcentage que représentent les mangas dans le nombre de BD lues. Alors que la bande dessinée "classique", dite franco-belge, représente 37% des BD lues (chiffres résultant d'une étude de 2011 menée par la BPI et le DEPS et disponibles sur le site citebd.org), les mangas et la bande dessinée asiatique représente tout de même 23% des BD lues contre 15% pour le comics. Bon, il reste encore 15% autres dont nous ne connaissons pas le détail mais cela n'est guère important. Si, à l'avenir, d'autres chiffres paraissaient nous permettant d'avoir une idée de la progression de celui-ci, cela serait évidemment bien mieux. Mais c'est une donnée intéressante malgré tout.

 

 

Autre chiffre intéressant, il s'agit cette fois de celui résultant d'une étude du marché du manga sur la période janvier/mai, d'après Ipsos et Livres hebdo. Selon ces chiffres donc, le marché du manga a perdu 2.6% en valeur et 4.3% en nombre sur la période concernée. Une légère baisse donc, mais une baisse tout de même. On s'attend donc à, si ce n'est une diminution, au minimum une stagnation des parutions mangas pour l'année 2012 par rapport aux précédentes. Et bien que nenni !! Avec 1621 nouveautés, l'année 2012 propose 101 titres de plus que l'année 2011, ce qui en fait l'année la plus "productive" de l'histoire. Et alors que l'année 2011 voyait déjà 499 séries différentes paraitre sous nos contrées, ce sont désormais pas moins de 546 séries qui peuplent nos rayons mangas en librairies !!! Un véritable raz de marée qui explique aisément la difficulté rencontrée par les nouveaux venus pour se faire une place ces dernièrs années (Booken Manga, Kwari, Clair de lune, 12bis, Ankama, Samji...), d'autant plus si le marché est en baisse comme vu plus haut. Bref, une surproduction réelle et qui, étonnamment, ne trouve pas forcément son origine là où on le pensait au premier abord...

 

 

Car l'ACBD fournit également les chiffres par éditeurs et notamment le nombre de nouveautés sorties dans l'année, ainsi qu'une sorte de classement par part de marché (PDM, pourcentage de volumes vendus par l'éditeur sur le total des volumes vendus tous éditeurs confondus). Sans surprise, les 3 leaders du marché sont, dans l'ordre, Glénat (One Piece), Kana (Naruto) et Pika (Fairy Tail). Et si Kana est passé de 166 à 176 parutions annuelles (ce qui est déjà énorme en soi), Glénat est passé de 129 à 120 et Pika de 163 à 157. Les trois géants réunis ont donc proposés moins de nouveautés que l'année passée. A noter tout de même que la progression de Pika est importante, l'éditeur dépassant cette année le groupe Delcourt et Kazé Manga. Derrière ces trois mastodontes, l'ACBD ne nous permet pas d'y voir très clair puisqu'ils ne scindent pas les résultats de PDM des éditeurs du groupe Delcourt. On retrouve donc Tonkam, Akata et Soleil Manga dans une 4ème position peu représentative.  Néanmoins, si Akata poursuit sa gestion raisonnable et maintient toujours un niveau de nouveautés sensé (83 en 2012 contre 82 en 2011), Tonkam et Soleil explosent un peu les compteurs avec un passe de 138 à 152 pour le premier et de 107 à 119 pour le second, soit 26 nouveautés supplémentaires représentant une hausse de 10%. Et pourtant, lorsque l'on regarde les chiffres de tirage, ces éditeurs ne semblent pas posséder de véritables hits... En "5ème" position, nous retrouvons Kurokawa (Soul Eater, Les vacances de Jésus et Bouddha ou encore Blood Lad), qui aura proposé en 2012 10 titres de moins que l'année précédente (69 contre 79), pour une part de marché qui semble en grande progression. On notera tout de même qu'Ippo n'apparait plus dans les meilleurs tirages... Suit ensuite LE grand secoueur de cocotier du milieu avec l'éditeur "japonais" Kazé Manga (et sa filiale yaoi Asuka) et ses 194 nouveautés en 2012, record battu (contre 180 l'année dernière). Dépassé par Pika et Kurokawa, Kazé Manga n'est pas encore au top et peine à trouver une véritable locomotive, son blockbuster étant... Beyblade. Pour eux, 2013 devra être l'année du renouveau. Autre éditeur qui semble à la peine cette année en PDM, Ki-oon. Avec 10 nouveautés supplémentaires (96 contre 86), l'éditeur semble peiner un peu mais rien d'alarmant. Ubel Blatt marche toujours aussi bien, Pandora Hearts également, et The arms peddler aussi. Et ce ne sont pas les seuls... Attendons 2013 pour juger de l'état de forme de celui qui aura été l'un des principaux acteurs du marché des dernières années. Nous trouvons ensuite Panini, qui retrouve son niveau de 2010 (96 volumes parus en 2012 contre 65 en 2011). Une énorme hausse qui n'aura pas vraiment permit à l'éditeur de progresser, bien au contraire, lui qui était largement devant Ki-oon il y a 2 ans. Derrière, nous trouvons l'intrus Ankama, présent ici uniquement grâce au succès de Dofus et dont le catalogue manga semble condamner à disparaitre à peine après avoir débuté. Taifu, avec ces titres yaoi et hentai, ne fait pas vraiment recette. Par contre, en nombre de nouveautés, la progression est également très nette : 99 contre 84. Par contre, le bilan de l'ACBD est incomplet, puisque nous ne savons pas si ces chiffres tiennent compte de la nouvelle "filiale" Ototo, consacrée elle aux genres plus "classiques". On retrouve enfin en queue de peloton Doki-Doki, avec 39 nouveautés contre 46, et qui demeure dans son registre de petit éditeur qui ne fait pas de vagues. Stratégie peut-être finalement payante, même s'ils annoncent l'arrivée d'une grosse licence en 2013. On demande à voir. Casterman reste à la marge de tout ceci bien entendu, ne proposant que quelques mangas, malgré le réel succès de Thermae Romae. Mais avec seulement 20 nouveautés dans l'année (contre 26 l'année précédente), son poids est plus anecdotique qu'autre chose, malgré un catalogue de grande qualité. Pour les autres acteurs, l'ACBD les cite à peine, leurs chiffres n'étant disponibles que dans les annexes. Nous pouvons donc dire que Booken a proposé 16 titres en 2012, Kwari 39 (et sans doute encore moins cette année), IMHO 10 et nobi nobi, l'éditeur de livres illustrés, 7. 

 

 

Vous l'aurez compris, augmenter sa production n'est absolument pas synonyme d'augmentation de part de marché. On remarque même généralement un effet inverse, la surproduction permettant peut-être à certains d'équilibrer les comptes. Une fois encore, on ne peut qu'espérer avoir enfin atteint un pic et qu'une stagnation est en approche. Car avec le nombre de nouveautés hallucinant qui pullulent un peu partout, le lecteur perdu se réfugie encore et toujours vers les "valeurs sûres", à savoir les 10 titres représentant 90% des ventes du secteur. Le bilan de l'ACBD permet aussi, comme dit plus haut, de voir les tirages de certains volumes, nous permettant donc de faire une sorte de "classement des ventes". Certes, tirage ne signifie pas volumes vendus. C'est donc pour cela que je ne tiendrai pas compte des tirages des premiers volumes des nouveautés, les tirages des séries installées étant généralement évalués au plus proche des ventes espérées. Ce petit classement donnerait donc :

 

 

1°) Naruto (Kana)

2°) One Piece (Glénat)

3°) Fairy Tail (Pika)

4°) Black Butler (Kana)

5°) Bleach (Glénat)

6°) Bakuman (Kana)

7°) Hunter x hunter (Kana)

8°) Judge (Ki-oon)

9°) Pokemon (Kurokawa)

10°) Soul Eater (Kurokawa)

11°) Chi (Glénat)

12°) Ubel Blatt (Ki-oon)

13°) Vampire Knight (Panini)

14°) D Gray Man (Glénat)

15°) GTO shonan 14 days (Pika)

16°) Saint Seiya Lost Canvas (Kurokawa)

17°) Beyblade (Kazé Manga)

18°) Les gouttes de dieu (Glénat)

19°) The arms peddler (Ki-oon)

20°) Billy Bat (Pika)

21°) Kingdom Hearts (Pika)

22°) Switch girl (Akata)

23°) Buster Keel (Kana)

24°) Les vacances de Jésus et Bouddha (Kurokawa)

25°) Negima (Pika)

26°) Red Raven (Kana)

27°) Thermae Romae (Sakka/Casterman)

 

 

Pour les chiffres de tirages exacts, je vous renvoie vers le bilan de l'ACBD. Certains titres ont exactement le même tirage mais apparaissent ici dans l'ordre de la liste de l'ACBD. Mais plutôt que de mettre 10 ex-aequo... On remarquera que les titres dits "pour enfants", tels Pokemon, Beyblade, Kingdom Hearts, voire Chi, fonctionnent plutôt bien et semblent confirmer une tendance qui pousserait les parents à orienter leurs enfants vers les mangas. Les parents étant peut-être eux-mêmes d'anciens (ou actuels) lecteurs. Pas de bouleversement d'ailleurs dans les habitudes puisque le shonen occupe toujours le haut du pavé, le premier shojo, Vampire Knight, n'étant que 13ème. Il n'y a d'ailleurs que 2 shojo dans ces 27 plus gros tirages, avec la 22ème place de Switch Girl, LE blockbuster d'Akata. Les seinen peinent toujours à se faire une place, malgré les jolis tirages pour Les gouttes de dieu, Billy Bat, Les vacances de Jésus et Bouddha ainsi que Thermae Romae, permettant à Casterman de mettre pour le première fois dans ce top un titre qui n'est pas un Taniguchi. Les seinen visant un public plus adolescent fonctionnent aussi très bien, comme Ubel Blatt ou The arms peddler. Les retours de Berserk et Gunnm Last Order l'année prochaine devraient d'ailleurs encore renforcer ce constat.

 

 

En conclusion, et alors que le marché semble être en perte de vitesse, les éditeurs ne semblent pas vouloir ralentir la cadence des sorties, notamment ceux peinant à se faire une place de choix. Les augmentations de production ne sont en effet pas le fait des locomotives du secteur mais des acteurs secondaires. Une surproduction qu'il faudra un jour ou l'autre stopper net, pour la viabilité du marché. Les nouveaux éditeurs tentant l'aventure nous montrent à quel point il est difficile de récupérer une part du gâteau, même infime. Booken Manga a beaucoup souffert malgré quelques succès, Kwari semble parti pour rejoindre Samji et SeeBD dans les livres d'histoire, Clair de lune également, Ankama est en passe d'arrêter les frais, 12bis l'a déjà fait... Bref, nous souhaitons beaucoup de courage à Komikku et Isan Manga, les derniers venus, dont la tâche s'annonce ardue.

 

 

Et voilà, c'était le dernier article de l'année. Nous débuterons 2013 avec un article consacré aux tomes 5 et 6 de la saison 3 du shonen sportif cultissime Ippo. Pour vous tenir au courant des nouveaux articles du blog et des autres actualités mangas, plusieurs possibilités : la newsletter (à droite), Facebook (à droite) et Twitter (toujours à droite). Sinon, pour les commentaires, c'est juste en-dessous. ;)

 

 

Bonne année à tous, meilleurs voeux et à l'année prochaine !

Partager cet article

Repost 0
Published by ivan isaak - dans Manga et assimilés
commenter cet article

commentaires

dou 31/12/2012 13:32


Très interessant ce top :) Je ne me rendait pas du tout compte du succès de Buster Keel et Red Raven par exemple 

ivan isaak 31/12/2012 17:07



En fait, ce sont des informations à pondérer quelque peu. Pour lancer une série, certains éditeurs optent pour une mise en place importante. Ce qui semble être le cas pour Buster Keel et Red
Raven. Pour le premier, cette place est obtenue grâce aux tirages des tomes 3 à 5, tirés à 23 000 exemplaires, contre 22 000 exemplaires pour le volume 3 de Red Raven. Si ces titres sont toujours
tirés dans ces eaux-là l'année prochaine, on pourra réellement parler de succès. ;)